Où suis je ?

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
 

chargement de la carte - veuillez patienter...

  44.837789, -0.579180
ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

Tortuga feliz / Widecast – Pacuare – Costa Rica

Le que j’ai effectué était autrefois sous la responsabilité de l’association « La Tortuga Feliz ». Désormais, c’est la structure Widecast qui a pris le relai, mais beaucoup connaissent le programme sous l’ancien nom.

WIDECAST est une ONG qui s’implique dans la préservation des tortues dans différents pays de l’Amérique Centrale. Depuis plus de 20 ans, elle travaille avec des scientifiques, naturalistes  et coordinateurs de projet afin de développer des programmes, aussi bien locaux qu’internationaux.

 

 

Actions

Préservation des tortues marines (3 sortes : Tortue Luth, Tortue Imbriquée et Tortue Verte) à travers la lutte contre le braconnage, la préservation des œufs et la sensibilisation des locaux. Certains anciens braconniers sont aujourd’hui reconvertis et embauchés par l’association afin de patrouiller avec les volontaires lors de la saison des pondaisons.

Le projet est situé au nord de la ville de Limon, sur la côte caribéenne et au bord de la rivière de Pacuare.


L’intérieur d’une nurserie, où sont surveillés tous les œufs collectés.

 

Tâches du volontaire

L’emploi du temps est nouveau tous les jours, et toutes les tâches se font par roulement, car les horaires peuvent être pénibles.

Il s’agit essentiellement de :

  • Patrouilles nocturnes avec un guide.

Le but est de trouver une tortue en train de pondre  afin de récupérer les œufs et de veiller à ce que la tortue revienne bien à la mer sans qu’un braconnier ne la tue pour sa viande. Les œufs sont emmenés à l’abri à la « nurserie » (les oeufs sont très convoités par les braconniers car revendus pour la consommation). Il faut donc creuser délicatement dans la sable, compter et effectuer un trajet de parfois plusieurs kilomètres afin d’aller les ré-enterrer à la nurserie. Ce travail est physique et il n’est pas rare de faire jusqu’à 14 kilomètres par nuit, dans la sable mouillé et par forte chaleur (même la nuit !) Les horaires sont 19H30 – 0H30  ou  23H30 – 4H30.

 

  • Surveillance à tour de rôle de la nurserie, lieu gardé 7/7j et 24/24H par les volontaires.

Cet endroit est protégé des braconniers et des éventuels prédateurs (crabes, chiens …). Chaque nid est numéroté et chapoté par un filet. Un tour est effectué tous les ¼ d’heure afin de surveiller si les tortues sont sorties de terre et prêtent à regagner la mer. Si c’est le cas, il ya toute une procédure à respecter. Les bébés tortues sont mis dans une boite avec du sable humide, puis seront libérés durant la nuit. Vous participez à la collecte des données car les tortues sont mesurées et pesées (15 d’entre elles sont choisies au hasard).

A l’éclosion, leur nombre varie entre 80 et 110. Le moment le plus agréable est lors du lâcher (comme toujours dans les centres de soin ou de conservation). Les petites tortues courent sur le sable et se dirigent instinctivement vers la mer.

Les horaires varient de 2h la journée, à 6H la nuit (18H-0H00 / 0H00 – 06H00).

 

La nurserie, appelée « Hatchery »

 

Le volontaire peut être amené à effectuer des tâches manuelles la journée (petit bricolage, nettoyage de la plage, désherbage …) mais cela reste ponctuel.

Concernant les braconniers, il est très facile de les repérer de nuit car ils allument (furtivement mais régulièrement) leur lampe frontale. Il n’y a pas de contact direct, les deux parties s’ignorent. L’association n’intervient pas lors des patrouilles si les braconniers sont en train de voler les œufs ou de tuer la tortue. Tout comme eux n’interviennent pas / n’agressent pas les volontaires. Bien que leur activité soit illégale, la police n’interviendra pas.

Il faut savoir que c’est une source de revenus importante pour ces gens qui n’ont vraiment pas grand-chose et qui vivent isolés de la capitale. Il n’y a pas d’excuses à chercher, seulement un contexte. D’autant plus que les œufs de tortues se mangent depuis des générations. Si l‘on ajoute enfin le manque d’information & d’éducation, le braconnage est explicable (non justifiable).

 

En pratique

  • Inscriptions : Envoyer un email à Widecast ou Tortuga Feliz. Les disponibilités varient selon la période de l’année.
  • 20$ par jour & 35 $ d’inscription. Cela couvre 3 repas par jour et le logement.
  • Minimum 18 ans.
  • Se rendre en bus jusqu’à Bataan (depuis la gare routière de San José : bus direct – pour plus de détails, insister auprès de WIDECAST qui n’est pas toujours très claire). C’est à Bataan que l’on rencontre les premiers membres de l’association, qui nous emmènent en voiture (+/- 45 minutes) jusqu’au bateau (barque à moteur, ici appelée « lancha »).
  • Acheter les dernières choses utiles à Bataan (ou éventuellement San José), car par la suite, vous serez au milieu de nul part.
  • Parler un peu en espagnol est nécessaire pour pouvoir échanger avec les guides lors des patrouilles de nuit. Ils ne parlent que rarement anglais. Sur place éventuellement, les volontaires parlent anglais. Les français sont rares (pouquoi ?) au sur ce type de mission. Sur 400 volontaires depuis début 2012, je ne fus que la 3ème de l’année (en octobre).
  • Quand y aller : haute saison en juillet / août (tortues viennent pondre sur les plages), moyenne saison mi mai à fin juin et de septembre à mi octobre. En dehors, Widecast continue à avoir besoin de volontaires pour le travail manuel.

 

 

Condition de vie

Pas d’eau chaude

Pas d’électricité

Logement en cabine partagée avec 6 autres personnes (lits superposés), avec moustiquaires. Ce n’est pas le grand luxe mais cela est correct.

Conditions climatiques pénibles (chaleur, moustiques, humidité selon saison …) Ne pas oublier son répulsif moustique à base de DEET ou d’Icaridine.

Pas de moyen de communication, pas de contact avec l’extérieur, le site est totalement isolé. Si urgence, l’équipe dispose d’un talkie walkie.

Sur place, quelques livres, des hamacs, jeux de cartes … pour le temps libre. Sans oublier la plage à 30 mètres !

 

« El Rancho », l’endroit où tout le monde rejoint pour manger et se détendre

 

Mon expérience

Pas facile d’arriver dans un groupe de volontaires composés à 100% de filles (anglaises ou australiennes). Mon anglais moyen a quelque peu joué en ma défaveur concernant mon intégration, même si tout s’est bien passé. J’étais juste plus dans ma bulle ! Un seul garçon présent durant mon séjour, comme souvent en écovolontariat.

J’ai su m’adapter facilement au manque de confort et à la nourriture (riz matin midi soir) même si au bout de 8 jours, j’étais contente de trouver un repas différent et un lit non humide. L’expérience est positive mais courte, je pense que cela doit être dur sur le long terme.

L’organisation n’est pas mauvaise mais est à revoir : les volontaires reçoivent peu d’information avant et durant le séjour. Lorsque cela se fait au détriment des tortues, cela me gêne. Il y a parfois un manque de cohésion, c’est dommage car le travail est difficile. Rien de bien méchant ceci dit.

En terme de bilan, je dirai qu’aller en tant que volontaire dans cette association peut être intéressant, mais si vous souhaitez vous rendre dans une structure en manque de volontaire, vous pouvez peut être contacter d’autres associations du même type, qui existent tout le long de la côte caribéenne et pacifique.

 

Départ en bateau à 5h du matin pour quitter la mission et rejoindre Bataan.

 
En savoir plus ? Téléchargez le PDF !
 
 

 

Contact

Sea Turtle Volunteer Program– North Caribbean – Tortuga Feliz – Asociación WIDECAST –

Tel.: (506) 2241-7431 – Fax: (506) 2241-7149-

Email volunteers@latinamericanseaturtles.org

SITE INTERNETFACEBOOK

 

Me contacter

Contact

Envie d'en savoir plus ?

Besoin de me contacter rapidement ?

N hesitez pas, je serais ravie de lire vos petits mots !