Passage frontière equateur pérou = Rock and roll

déc 29
P1050713

Je quitte Cuenca (Equateur) pour me diriger côté , dans la ville de Piura. Le bus direct étant annulé (je l’apprends à 13h, au moment du départ !), je décide d’aller jusqu’à la ville de Macara, pile poil à la frontière. Cela ne facilite pas le périple, même si la mégère du guichet m’assure qu’il y aura une correspondance juste après pour Piura.

Bref, me voilà à la frontière vers 19h30, seule étrangère alors que je m’attendais à ce que l’on soit plusieurs. Le bus s’arrête loin du barrage et j’apprends qu’il n’y a pas de connexion vers le Pérou avant 3H30 du matin (niveau fiabilité sur les horaires en Amérique Latine, on frôle le néant).

On me propose d’attendre le prochain bus soit à l’agence de bus, soit à un hostel. Que nenni, j’ai décidé que le Pérou serait pour aujourd’hui. Je prends un taxi qui m’amène donc à la frontière, où je rencontre les militaires directement côté Pérou. Il est possible que certains taxis collectifs péruviens passent et me proposent une ou deux heures de trajet, mais à cette heure ci, il n’y a plus grand monde.

Je décide donc d’aller valider ma sortie côté Equatorien. Les militaires, réputés secs et peu aimables, sont tout amusés de ma situation et se font même dragueurs (peu sérieux en somme). Je suis l’un d’eux à la lampe frontale jusqu’à un petit cagibi où nous faisons les papiers. La situation est plutôt amusante même si j’ai conscience de l’étrangeté du moment.

Je traverse le pont et me retrouve côté Péruvien auprès des militaires, ravis également d’apprendre que je leur tiendrai compagnie jusqu’au prochain bus. Réputés rustres, ces derniers vont me chercher un sandwich et de l’eau. Qui a dit que c’était un inconvénient d’être une fille en voyage ?

Ayant fait un trou dans mon pantalon lors de mon dernier volontariat, je décide de prendre enfin le temps de recoudre mon petit accro à la jambe et sors mon kit de couture. Situation insolite, mais je ne met à la mode du pays, à la bonne franquette !

A peine deux minutes plus tard, une fourgonnette s’arrête pour proposer ses services de taxi collectif ! Quelle chance, cela va m’avancer de pratiquement deux heures de route. Après validation des militaires qui connaissent bien le bonhomme, je grimpe à bord, l’aiguille encore en travers du pantalon, une banane dans la main à peine croquée, remerciant ma bonne étoile.

On s’arrête de village en village, se retrouvant ainsi à 11 personnes dans la voiture : 3 hommes à côté du conducteur, 4 femmes et enfants (dont moi) sur la banquette arrière, un homme en travers allongé sur nous, et deux hommes dans le coffre. Cette fois, la couleur est belle et bien annoncée : je suis au Pérou !

Deux heures plus tard, la voiture vide, « Juan Carlos » de son petit nom, me dépose au terminal de bus. En ligne de mire, un bus qui va exactement là où je souhaitais aller, qui démarre au même moment. Je cours et c’est avec un timing parfait que je prends place à ras le volant du chauffeur, sur le tableau de bord (le bus est archi plein). La vue est géniale, mais j’évite de penser dans quel état je serai en cas d’accident. Je sympathise avec les hommes entassés à l’avant du bus, très curieux de me voir là, seule et surtout à cette heure-ci. Une heure plus tard, c’est le terminus. Le chauffeur me déposera un peu plus loin, devant un hostel qu’il m’aura recommandé, et se fera un plaisir de me porter mon gros sac jusque dans la chambre. Service VIP, je n’en demandais pas tant.

Une bonne nuit s’annonce avant d’entamer ce mois au Pérou qui sera chargé de beaux paysages, de lieux culturels, de fêtes et de belles rencontres …

 

P1050474

P1050475

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’un des deux chauffeurs trouvé dans la soute à bagages

 

2 Commentaires sur “Passage frontière equateur pérou = Rock and roll”

  1. Merci pour ce petit récit. Comme on dis ca fais voyager.
    Ce coin du monde me tente beaucoup.
    @+ et bonne fêtes.

    déc 29, 2012
  2. Quelle aventure ! En voyage, j’adore cette façon qu’on les choses de s’enchaîner alors que l’on se croit perdu ou désespéré, la bonne étoile ? peut-être ! En tout cas, tu l’as très bien raconté ;-)
    Bonne route au Pérou !

    déc 29, 2012

Laisser un commentaire


Me contacter

Contact

Envie d'en savoir plus ?

Besoin de me contacter rapidement ?

N hesitez pas, je serais ravie de lire vos petits mots !