Huanchaco & Huaraz

Jan 3
P1050472

HUANCHACO

Première pause au directement sur la côte du Pacifique, et quel bol d’air !

Je passe donc une nuit à Huanchaco, tout près de Trujillo, histoire de potasser un peu le mois à venir, me détendre en appréciant les jolies vagues, le surf local, cette ambiance balnéaire loin de l’idée que l’on se fait à priori du pays.

 P1050468

Ce petit port est connu car la particularité locale veut que les embarcations de pêcheurs sont en roseaux, appelées caballitos de totora (« petits chevaux de roseaux »).

 

Huaraz

P1050476

Cette étape n’était pas prévue, mais le descriptif de mon guide m’a mis l’eau à la bouche. Le Parc national Huascarán, classé au Patrimoine naturel de l’humanité par l’Unesco, enserre le Huascarán, deuxième plus haut sommet d’Amérique à 6 768 m. Ses lagunes bleu turquoise, ses rivières et ses sommets enneigés émerveillent le visiteur. La Puya Raimondi s’y épanouit : cette plante gigantesque fleurit au bout de cent ans, avant de mourir quelques mois plus tard ! Des condors, vigognes, cerfs, pumas et des dizaines d’espèces d’oiseaux peuplent les lieux.

P1050507

La ville de Huaraz, ayant souffert du tremblement de terre de 1970, n’a plus vraiment de charme mais les touristes sont là pour l’exceptionnelle nature environnante. La cordillère Blanche et la cordillère Noire se font face pendant des dizaines de kilomètres. L’extraordinaire cordillère Blanche contient plus d’une centaine de glaciers (dont 35 culminent à plus de 6 000 mètres, une vingtaine de sources thermales et des centaines de lagunes !) Dans un contraste saisissant, la cordillère Noire, à l’ouest, qui contient des pics à 5 000 mètres, doit son nom à l’absence de neige sur ses pentes, du fait de vents chauds venus de la côte. Une flore et une faune rare contribuent à la magie de ces chaînes de montagne.

P1050501

Première visite de Yungay (à 39 km au nord de Huaraz), village qui fut entièrement ensevelie sous l’effet du tremblement de terre de 1970. Le lieu du désastre, appelé Campo Santo, est devenu un sanctuaire. La ville actuelle, située à 1,5 km, est surtout fréquentée pour les lagunes Llanganuco. Situées à 3 800 m d’altitude et flanquées des majestueux sommets Huascarán et Huandoy, ces deux lagunes couleur turquoise sont un enchantement. Elles constituent également le point de départ d’une des randonnées les plus classiques de la cordillère Blanche : le trek de Santa Cruz.

Ce trek est proposé par les agences pour 120 $, il est interdit (en théorie) de le faire seul. On doit au moins avoir un guide avec soi. Je me renseigne dans les différentes agences, mais je n’ai aucune envie d’être en groupe, même d’une dizaine de personnes. Pourtant, c’est alléchant : guide, muletier pour porter le gros sac à dos, cuisinier, personnel pour monter et démonter les tentes …

L’idée germe doucement, je peux louer une tente, un sac de couchage, tout le matériel pour cuisiner, et tenter le trek toute seule. Je ne veux pas de guide. D’ailleurs, plusieurs touristes m’ont par la suite raconté de mauvaises expériences avec de faux (ou mauvais) guides. Certains trekkeurs se sont même faits abandonner en pleine montagne au milieu de la rando ! Et, de retour à Huaraz, impossible, bien sûr, de remettre la main sur ces soi-disant guides pour se faire rembourser…

Je décide de tout louer, faire quelques courses, et me voilà partie avec mes 10 kilos sur le dos (léger pour un trek, mais lourd pour mon petit gabarit), bien déterminée. Le loueur me file un pauvre plan papier, qui ne survivra pas plus de deux jours, cause pluie et couleurs toutes effacées.

P1050511

Sur la droite, petite route parcourue par le bus à l’aller

 

Le lendemain, bus direction Vaqueria. Le mini-bus collectif censé m’amener en début d’aprem au départ du trek, ne me déposera que vers 17h, cause roue crevée et lenteur absolue. Je ferai donc 2 heures de trek en journée, à la lueur du couché du soleil, puis deux heures à la lampe frontale, m’égarant seulement une dizaine de minutes. Je traverse des petits lieux dits où je rencontre quelques habitants et enfants assez miséreux, puis suis rapidement privée des paysages. J’ai la pression afin d’arriver le plus vite possible au point proposé sur la carte afin de planter ma tente. Ce n’est pas à proprement parlé un camping, c’est juste un point de repère pour les trekkeurs, un endroit plat et agréable où s’installer et se reposer près de la rivière.

P1050520

Elevage de cochons d’inde au grenier des maisonnettes

 

De nuit, je croise à quelques mètres des chevaux, des vaches et des ânes, tous en semi ou totale liberté. A la lueur de ma lampe, cela fait un drôle d’effet de les voir apparaitre au dernier moment, les yeux dorés, marchants silencieusement. Cela a un côté film fantastique, ambiance étrange, seule dans ce noir total et pourtant entourée d’êtres sans savoir ni qui ni quoi. Arrivée vers 21H30 au camp de Huaripampa (3800m), je plante donc ma tente pour la première fois dans le noir, sous une petite pluie, pressée de dormir pour attaquer la journée de demain au plus vite.

Le lendemain, réveil à 6h par le beuglement d’une vache à quelques centimètres de la tente. Pas d’humeur, elle s’en ira après un retour de décibels auxquels elle ne devait pas s’attendre.

P1050583

J’entame une grosse journée, la plus technique de tout le trek, et la plus dure (physiquement) de toute ma vie. Je dois parcourir 16 km avec le dénivelé suivant : 3800m – 4750m (Punta Union) – 4250m. Ayant la condition physique d’une obèse asthmatique (désolée pour les obèses asthmatiques qui liront ce post), je vais prendre lentement et douloureusement conscience que seul mon entêtement me permettra d’avancer. Prévu en 6 à 7 heures (heures péruviennes), il m’aura fallu 10 heures au total.

Ok, je me suis perdue environ une heure (grand moment de solitude, et zone de gros rochers bien dangereux …) mais j’ai tout de même mis 7 heures rien que pour monter = vitesse de tortue. Et il a fallu que je m’accroche, ce fut un vrai défi physique et mental ! A préciser que je n’étais pas seule finalement. Une fois de plus, une petite chienne m’avait fait la fête la veille à la descente du bus, et m’a accompagné dès les premiers mètres avec une joie non dissimulée.

Elle a dormi en boule près de moi dans la tente, super sage. On a partagé les repas, cela crée des liens, surtout chez les chiens ! Elle a passée son temps à faire des allers retours lors de l’ascension, en revenant vers moi, la tête inclinée, l’air de dire « mais qu’est ce que tu fais, t’avances ? ».  A noter également, que sans musique dans les oreilles, je crois que j’y serai encore. C’est dingue ce que la pop-rock anglaise peut parfois aider à accomplir.

P1050559

Arrivée au sommet avec ma complice, ce fut la joie totale ! 4750 mètres ! Le souffle court, à 60 mètres d’altitude du Mont Blanc ! Je sais désormais que si je veux quelque chose, je peux me dépasser pour l’obtenir, je peux y arriver ! Passé ce petit moment d’euphorie, il me faut maintenant entamer la descente, qui se fera encore plus périlleuse que la montée. 2 heures sous la grêle (!) et la pluie, sur un chemin composée de pierres lisses et glissantes. J’échappe de peu à une foulure de cheville grâce à mes bâtons de marche que je n’aurai de cesse de bénir durant ces 4 jours. Arrivée au campement, la pluie cesse et je retrouve quelques randonneurs dont un groupe encadré par une agence, tout beaux tout secs 🙂

P1050563

Occupés à prendre des photos et me snobant complètement (bon soyons clairs, je devais avoir l’air d’un rat mouillé), seul un péruvien viendra m’aider à monter ma tente. A bout de force, je prends quelques minutes pour manger et vais directement me coucher. Je suis trempée malgré mon couple pluie, j’ai froid et mal partout, j’ai des douleurs aiguës aux épaules mais heureusement, je ne souffre pas du mal des montagnes. Le camp de base se nomme Taullipampa et est situé à 4200m d’altitude = il fait froid sous la tente !

P1050567

Le lendemain, épuisée, je ne pars pas la première et la petite chienne qui va faire un tour en dehors de la tente se met à suivre d’autres trekkeurs. J’aurai beau siffler, elle est partie, fini… Je randonne environ 5 heures à un bon rythme cette fois ci. Le parcours n’est pas difficile mais mon corps commence à me dire stop. J’arrive au camp LLamacoral (3850m) en début d’après midi, où j’entame une sieste bien méritée. Je suis tout déprimée de l’absence de la petite chienne. Je ne pensais pas m’être attaché aussi vite, mais me voilà seule, au milieu de nulle part, sans cette petite boule de poil toute joyeuse. Elle me manque. Je suis saoule de fatigue.

P1050579

Le lendemain, 5 heures de marche, direction Cashapampa (2900m), 950m de dénivelé. Dur pour les genoux et le dos, mais les paysages sont magnifiques. Aujourd’hui, gros contrecoup physique, douleur partout, mes jambes sont peu efficaces, et au bout de 2 heures, j’ai du mal à marcher droit. Mes pensées se concentre sur le mental, la famille, et le futur article. Comment décrire ces moments si particuliers, si forts et si pénibles ? Certaines personnes réalisent ce trek sans trop de difficulté, avec ou sans le sac sur le dos. Pour moi, ce fut certainement la plus dure épreuve physique de ma vie. Mais quelle aventure !

P1050647

P1050660

P1050535

 
 

  ==> PHOTOS ICI <==

PEROU

 

9 Commentaires sur “Huanchaco & Huaraz”

  1. Rien à dire à part Bravo !
    je crois que tu t’en souviendra longtemps…

    Jan 3, 2013
  2. La grande question : alors, ce gros trek t’a-t-il donné envie de continuer à en faire, ou l’inverse ? 😉 Il faudrait qu’on se croise en Nouvelle-Zélande, combien de temps restes-tu et quel trajet / volontariats prévois-tu ?

    Jan 3, 2013
    • Oui, mais moins physique, histoire que je prenne plus de plaisir. C’est vrai que ça aurait pu me dégouter … Je reste un mois environ (dates billet d’avion modifiables gratuitement) Je pars demain d’Auckland, j’explore l’ile du Nord et ensuite l’ile du Sud, je me suis pas mal baladée sur ton site pour créer pour itinéraire, mais ce qui est très frustrant, c’est que je serai en bus (nakedbus). J’aurai tellement aimé avoir la liberté de louer et vadrouiller à ma guise … Tu es sur Christchurch ou Wellington (trou de mémoire) ?

      Audrey
      Jan 3, 2013
  3. J’étais sur Wellington, mais là je suis sur Taupo et je pars aujourd’hui pour Auckland (où je dois arriver dimanche). On va se croiser sans le savoir ! Je t’envoie mon numéro de portable en message privé via ta page Facebook, sait-on jamais si on est dans le même coin au bon moment – y’a de la place dans ma voiture pour t’emmener faire une rando 😉

    Jan 3, 2013
    • Je pars d’Auckland ce soir, ou au plus tard demain, on v se croiser de peu ! Je pars pour Bay of Island, puis Coromandel, Hobbiton, Waitomo, etc … enfin le tour des incontournables de l’ile du Nord. Je garde ton numéro au chaud, on ne sait jamais, si je passe par Taupo la semaine prochaine 🙂

      Audrey
      Jan 3, 2013
  4. PS : côté sanctuaires, ne rate pas Zealandia à Wellington, vraiment génial. Celui de Mount Bruce / Pukaha (au nord de Welli, région de Masterton) est pas mal aussi.

    Jan 3, 2013
    • Je les avais vu lorsque je préparais le voyage, mais sans savoir ce que ça valait. Merci du tuyau 😉

      Audrey
      Jan 3, 2013
  5. Tu peut etre vraiment fiere de toi !! 😉 Et vraiment touchée par ses betes qui deviennent complices avec lhomme du jour au lendemain comme ça !!! Bonne continuation …

    cynthia
    Jan 8, 2013
    • Merci Cynthia !

      Audrey
      Jan 9, 2013

Laisser un commentaire


Me contacter

Contact

Envie d'en savoir plus ?

Besoin de me contacter rapidement ?

N hesitez pas, je serais ravie de lire vos petits mots !