Chiang Mai, pas le coup de foudre !

Juin 7
P1080425
 

Le premier jour commence par une balade en vélo dans cette ville surnommée la Rose du Nord. Autant les gens sur internet que les livres sur la Thaïlande décrivent cette ville et sa région comme les plus belles du pays. La ville est plate, l’ambiance calme, je loge dans le Vieux Chiang Mai (l’endroit recommandé) et au premier abord, je ne comprends pas quels attraits l’on trouve à cet endroit. Je m’attendais à du « traditionnel », je ne trouve que des lotissements ordinaires, sans charme. J’avais imaginé des jardins, des petites ruelles typiques, une architecture colorée, quelque chose de dépaysant : je cherche encore. Tout est gris, relativement bétonné, rien de spécial. J’ai trouvé amusant le fait que cela ressemble même un peu à des quartiers de Limoges (lotissements grisonnants, façades fatiguées, quelques balcons fleuris, pas affreux mais rien d’extraordinaire) Une ville banale qui compte des temples jolis mais ça s’arrête là. Quelque chose a dû m’échapper, j’aimerai qu’on m’explique !

P1080424

P1080429

Visite de quelques temples où l’ambiance des vendeurs de souvenirs et rabatteurs de tuk-tuks gâchent l’atmosphère. Les temples sont peu visités par les locaux et semblent uniquement piétinés par les touristes. J’ai trouvé que ça manquait de vie, dommage. D’un point de vue historique et architectural, ça peut valoir le détour si l’on oublie le côté kitsch de l’ensemble.

P1080441

 

Balade au marché, étal d’insectes (sauterelles, grillons, vers, …)

P1080436

P1080434

 

Combi Volkswagen transformé en camion de nouilles sautées ambulant

P1080440

 

La solution la plus facile pour visiter la région de Chiang Mai est de prendre un tour organisé. Je n’aime pas ça, mais je ne peux pas me permettre de louer toute seule un scooter pour des distances aussi grandes. J’ai réussi à trouver un tour sans « trek éléphants » inclus dans la journée, qui m’amènera dans l’ouest de Chiang Mai, vers le Parc Naturel National de Doi Inthanon. Au menu, cascades, visite d’un village « traditionnel » (en théorie, mais pas vraiment en pratique) de la tribu des Karens (des Birmans venus en Thaïlande suite aux événements politiques du pays), détour par le point le plus haut de la Thaïlande (arrêt uniquement pour prendre le panneau en photo, 2565 mètres d’altitude) …

P1080446

P1080454

 

Puis ensuite, visite des deux pagodes royales, dont l’une est dédiée à la reine, l’autre au roi. L’intérieur est en marbre (ambiance funéraire) et conserverait les cendres de Bouddha. Cela se révèle tristounet et pas vraiment intéressant.

P1080467

P1080469

P1080464

 

Autant vous dire que ce tour a été décevant autant par son contenu que par sa non-authenticité. Quoi attendre d’un tour organisé de toute façon ?

Et bien je rempile le lendemain pour le Nord de la région, seule opportunité pour moi de me rendre au Triangle d’or et de voir le Mékong. Nous nous arrêtons d’abord au fameux « White Temple », temple créé en 2007. Il est aussi nommé Wat Rong Khun. L’aspect extérieur très surprenant me fait penser à Disneyland. Tout brille, les petits miroirs collés partout reflètent un soleil déjà puissant. Là aussi, c’est très osé. L’intérieur du temple, où les photos sont interdites, présente plusieurs peintures avec des supers héros (Superman, Spiderman … ) mais également une quantité de personnages issus entre autre de films ou des musiques de ces dernières années, pour la plupart déssinés dans des flammes de l’enfer (Hello Kitty, Angry Birds, Keanue reeves de Matrix, Hulk, Avatar, Harry Potter, Britney Spears, Michael Jackson, Madonna, et j’en passe …). L’artiste-architecte voulait honorer le roi et faire passer un message sur la dangerosité de l’Occident. Le White Temple pourrait donner l’impression de sortir tout droit d’un conte de fée, personnellement il m’a déplu, une fois de plus, trop kitsch et surfait pour moi (quelle râleuse !). Ceci dit, il est très photogénique !

P1080518

P1080519

P1080524

 

Encore un peu de route et nous voilà arrivés au Mékong, autrement dit au Triangle d’Or ! Pourquoi Triangle d’Or ? Car c’est ici que se rejoignent les frontières du Laos, du Myanmar (auparavant nommé Birmanie) et la Thaïlande. Un tour de bateau est prévu. Les touristes sont entassés sur un bateau à moteur, logent le Mékong environ une demi-heure où les rives nous font « rêver » … La couleur de l’eau, les bouteilles qui flottent, l’odeur d’essence du bateau ne sont pas incluses dans les photos. 

P1080534

P1080529

P1080526

 

Arrivés de l’autre côté de la rive, nous sommes au Laos. On nous dépose devant des dizaines de stands de souvenirs. Il n’y a rien à voir de spécial, mais nous sommes incités à acheter. Mes yeux se posent sur ce qui semble être des défenses d’éléphants. Je m’approche et vois alors des objets souvenirs (baguettes chinoises, stylos, objets sculptés dont des défenses …) d’une couleur et d’une matière très suspecte. Je demande à la petite vendeuse ce que c’est, la réponse tombe, nette et précise « Elephant Ivory ». Je demande à d’autres stands, j’entends la même réponse. Les messes basses s’organisent, et tout d’un coup, plus personne ne sait. Elles ne parlent plus anglais, font mine de ne plus rien comprendre.

P1080535

 

Il faut savoir que parmi la centaine de touristes présents ce jour là, je suis pratiquement la seule caucasienne, la plupart sont des chinois ou des coréens, autrement dit ceux qui achètent le plus d’ivoire ! Je suis écœurée mais ne peux pas le croire. La vente d’ivoire est illégale dans le monde entier (grâce à la CITES) à l’exception de certains objets qui sont vendus avec un certificat de la CITES ou qui présentent une ancienneté antérieure à 1947. En Thaïlande cependant, l’ivoire provenant des Eléphants Thaïlandais domestiqués est légal à la vente. Malheureusement, cela sert surtout à blanchir l‘ivoire Africain …

J’interroge mon guide, qui m’annonce que ce n’est pas possible puisque lui-même est au courant que c’est illégal. C’est tellement ironique comme réponse, en pensant à toutes les contrefaçons qui circulent en Thaïlande et qui ne gênent pourtant personne. Sans parler de la corruption ! Bref, je suis toute retournée, entre le fait que cela ne gêne personne, que cela soit exposé à la vue de tous, vendu en toute impunité… Cela est donc sûrement de l’ivoire d’Eléphant d’Afrique importé et retravaillé en Asie, et non pas l’Eléphant d’Asie dont seul le mâle possède de petites défenses.

C’est le cœur lourd que je poursuis le tour. Nous nous rendons dans une tribu où nous attendent uniquement des magasins souvenirs, et quelques locaux en costumes traditionnels. Cela pue le village folklorique complètement artificiel. On me propose d’aller voir les femmes girafes, ces fameuses femmes qui portent de nombreux colliers autour du cou. Ces tribus sont des réfugiés de Birmanie (Myanmar) qui ne peuvent plus retourner chez eux et ont été accueillis par la Thaïlande, mais qui malheureusement sont parqués dans des territoires minuscules et ne vivent que du voyeurisme des touristes comme moi. Je n’y suis pas allée car j’ai trouvé cela trop honteux, scandaleux, un vrai safari humain. Je suis partie bouder dans le bus en attendant le retour de mes collègues surexcités par la forte impression que feront les photos des femmes au long cou auprès de leur entourage.

C’est fatiguée et un peu démoralisée que je rentre sur Chiang Mai. Je regarde sur internet pour savoir s’il est vraiment possible de trouver de l’ivoire sur les étals Thaïlandais, Laotien, Birmans, et c’est malheureusement courant. J’ai encore du mal à le croire.

 

Enfin, je décide pour ma dernière journée de prendre des cours de cuisine, activité proposée dans une ferme biologique près de Chiang Mai. D’abord une petite balade au marché suivie de pas moins de 6 plats qu’il faut cuisiner minutieusement et ensuite manger ! Miam ! Expérience agréable et très intéressante. La nourriture, une valeur sûre  🙂

 

Œufs roses au marché

P1080484

 

Les poissons en pleine chaleur

P1080476

 

Une montagne de ramboutans

P1080481

 

Toutes les sortes de riz !

P1080486

 

Le groupe

P1080490

 

Aperçu du menu

DSC_2676

 

Préparation des nems et du Pad Thai

DSC_2684

DSC_2705

DSC_2726

 

C’est pas franchement emballée par l’endroit que je quitte Chiang Mai pour me diriger sur Sukhothai… Il vaut mieux ne pas se fier à mes impressions qui sont très personnelles et qui ne sont visiblement pas une généralité, puisque beaucoup de gens adorent cette région. Je dois donc faire figure d’exception (même si j’ai croisé des gens du même avis que moi). Je crois que aussi que lorsque l’on a visité Bali un mois avant, il est dur de rivaliser !

 
 

  ==> PHOTOS ICI <==

 

1 Commentaire sur “Chiang Mai, pas le coup de foudre !”

  1. J’ai justement consacré un article à mes quelques jours passés au sein d’une famille akha de la province de Chiang Rai, citant le tourisme fait au détriment de celles qu’on nomme vulgairement les « femmes girafes », de véritables zoos humains… [http://enterreandine.blogspot.fr/2013/05/homestay-chez-les-akhas.html]
    Concernant Chiang Mai, par contre, j’en garde un bon souvenir! Notamment lors de foot massage à la prison des femmes. Celles qui purgent leur fin de peine peuvent bénéficier d’une formation pour favoriser leur réinsertion, c’était un moment assez émouvant…
    Au plaisir de continuer à te lire 🙂

    Juin 7, 2013

Laisser un commentaire


Me contacter

Contact

Envie d'en savoir plus ?

Besoin de me contacter rapidement ?

N hesitez pas, je serais ravie de lire vos petits mots !